Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : un blog pierre sèche - a Dry-stone Blog
  • un blog pierre sèche - a Dry-stone Blog
  • : This blog allows one to obtain and share information about dry stone. It is written in the form of a notebook of a landscape gardener and shows my projects (walls, retaining walls, calades, stairs) as well as my landscaping work.
  • Contact

22 novembre 2008 6 22 /11 /novembre /2008 18:57

Le nouvel article n'est pas sur ce blogue, il est dans le magazine Kasanostra. Et je vous invite à le découvrir ci-dessous

 

http://www.nostrodomus.fr/magazine/article/construisez-un-mur-de-soutenement-en-pierre-seche.html

 

 

Retour au sommaire

Repost 0
Published by L. G. - dans Pratique
commenter cet article
1 novembre 2008 6 01 /11 /novembre /2008 18:57

terrassementLe terrassement

 
Nous sommes ici dans le cadre d’une restauration d’un mur de soutènement à
Colmars-les-Alpes (04).


 

etat des lieux mur pierre secheÉtat des lieux

Le mur n’est pas ruiné de la même façon sur toute sa longueur : à certains endroits il a complètement disparu, d’autre parties sont envahies de végétation. Il reste de toute façon le talus sur lequel il va être possible de « s’appuyer » pour prévoir l’intervention.  

La première chose à faire est un état des lieux :

Mesurez la longueur du mur, sa hauteur, vérifiez que les pierres soient toujours présentes sur le site.

Aux endroits où le mur a complètement disparu faites de même en mesurant cette fois le talus afin de déterminer la hauteur finale du mur et prévoir la quantité de terre à décaisser. Inscrivez alors dans le talus, si nécessaire avec un cordeau, la ligne qui matérialisera la ligne de façade du futur mur.

 

Assurez vous également de la possibilité d’approvisionnement en pierre si il venait à vous en manquer. Ici, un pierrier issu des activités agricoles pourra être utilisé.

pierrier pierre sechePierrier

Les raisons de la ruine d’un mur sont multiples, bien les appréhender lors de l’état des lieux évite les surprises. Cela permet par exemple de mieux gérer le calcul du temps nécessaire à la restauration. En effet, en plus du travail propre au mur, chacune de ces raisons sera à corriger afin de ne pas reproduire les défauts qui ont conduit le mur à la ruine.souche poussee dans un mur en pierre secheSouche d’arbre dans le mur


 

Contrairement à cette souche, toutes les causes de l’éboulement du mur ne sont pas visibles à ce moment des travaux. Elles ne deviendront évidentes que mises à jour par le terrassement.

debut de terrassement mur en pierre seche 

Début du terrasement
Une fois décidé où construire le mur dans le talus, le terrassement peut commencer. Il s’agit alors de décaisser* en dégageant dans le talus l’emplacement dans lequel le mur va être reconstruit.

Notez sur la photo que la terre est remontée, pour cela le talus est creusé de haut en bas afin de réduire l’effort de travail.

terrassement mur en pierre seche 

Après « quelques » coups de pioches. Notez que les pierres sont également triées. Celles-ci sont par contre stockées en bas du mur.

fondations mur en pierre seche 

Les fondations d'origine
Nous sommes arrivés au niveau des fondations, Une pierre glissée (indiquée par un A sur la photo) nous permet de comprendre la raison de l’éboulement du mur à ce niveau. Il faudra replacer cette pierre dans l’alignement en évitant de reproduire les conditions qui ont permis son mouvement.

Racines mur en pierre seche 

Racines ayant renversé le mur
Un peu plus loin, les racines d’un arbre ont grossi dans la maçonnerie du mur, expliquant là encore sont éboulement. Les racines doivent être coupées avant la reconstruction. (Si l’on ne veut pas couper les racines il est également possible selon les cas de réaliser un arc de décharge cf. cet article)

terrassement mur en pierre seche 

Une première partie du terrassement est terminé.


 

dessouchage mur en pierre secheSouche d’arbre

Le terrassement se poursuit sur une portion où le mur ne va être restauré que partiellement. En effet, le bas du mur est encore solide et ne nécessite pas de reprise. Il s’agit ici d’extraire une souche d’érable champêtre.

dessouchage mur en pierre seche 

Déssouchage
L’on nettoie d’abord le tour de la souche, cela permet de couper la plupart des racines qui en partent latéralement.

dessouchage mur en pierre seche 

Une fois la souche bien dégagée, et ses racines principales coupées, il est possible de s’aider d’un tire-fort pour finir de l’extraire,  (ou si les racines pivotantes qui restent ne sont pas trop résistantes une simple sangle à cliquet de camion comme ici).

dessouchage mur en pierre seche 

La souche enlevée, le mur est purgé du reste de ses racines. Ce qui oblige souvent à démonter une partie conséquente de mur.


 

l'ame du mur en pierre seche 

Vue générale du terrassement achevé
Le mur apparaît en creux dans le talus, on parle de « l’âme du mur ».

Le vide ainsi dégagé correspond à l’épaisseur du mur auquel on ajoute la profondeur du drain (ici jusqu’à 90 cm).

fondations du mur en pierre seche 

Mise en place des fondations
Avant de construire il reste encore à vérifier et le cas échéant à reprendre les fondations. Si nécessaire les blocs de fondation sont réalignés, ou repris pour avoir le bon pendage* et un appui stable. Ici la remise en place d’un bloc de fondation poussé par la croissance des racines vues plus haut.

debut de la construction, mur en pierre seche 

Les fondations vérifiées, la construction peut commencer. Ici début de la construction du mur vu de dessus

debut de la construction, mur en pierre seche 

Au même moment vu de face

 

Ci-dessous le mur terminé

mur en pierre seche, colmars-les-alpes 

 mur en pierre seche, colmars-les-alpes 

* décaisser : creuser dans un sol afin d’y dessiner une forme en creux.

* pendage : le pendage d’une pierre désigne l’angle par rapport à l’horizontale que décrivent ses faces supérieures et inférieures, aussi appelées face d’assises. Le pendage permet le fruit.


retour au sommaire

article publié le 31 octobre 2008
mis à jour le

Repost 0
Published by L. G. - dans Pratique
commenter cet article
21 septembre 2008 7 21 /09 /septembre /2008 21:03

 

 

Lors de restauration ou de l’entretien de murs de soutènement à pierre sèche, j’ai souvent observé la présence en parement, de multiples chaînages d’angles. Ces chaînages sont très soignés et apparaissent pourtant comme des coups de sabre injustifiés. J’ai longtemps attribué ces traces à la présence d’anciennes guérites, ruchers, niches ou à une étape antérieure de la construction du mur. Pourtant, les chaînages courent parfois de haut en bas du mur (intégrant le couronnement) et peuvent être nombreux et espacés de façon « aléatoire » le long du mur.


Il m’est apparu que ces chaînages peuvent avoir été intégrés dans la maçonnerie et qu’ils ne renvoient pas forcément à une étape antérieure de la construction du mur ou à un vestige d’aménagement.

Ils peuvent ainsi avoir été la solution apportée lors de la restauration partielle de murs de soutènement en pierre sèche.
chainage d angle integre, ganagobie, alpes de haute provence, pierre sècheLe chaînage d'angle de reprise dans le mur de Ganagobie

En effet, lors de telles restaurations se pose la question de garder ou non des parties de murs usagées. On choisit alors de restaurer ou non certaines parties, malgré leurs défauts, tout simplement par économie ou aujourd’hui pour leur aspect esthétique. Les parties que l’on choisit de conserver n’auront alors pas la même durée de vie que le nouveau mur.

Garder ces parties oblige à prendre des précautions particulières au niveau de la maçonnerie au point de rencontre entre le nouveau et l’ancien mur. En effet l’ancien mur est un facteur de fragilisation du mur nouvellement construit. Cette fragilisation est renforcée par la difficulté de croiser correctement les pierres du nouveau mur avec celles de l’ancien.

Confronté à une telle liaison, dans ma pratique de la pierre sèche, je renforce la structure de la maçonnerie à l’endroit où le nouveau mur rejoint l’ancien. Je croise avec davantage de précautions mes pierres à l’intérieur du mur. J’utilise également des pierres de taille plus importantes, afin de créer un point plus stable et plus solide et j’augmente la profondeur maçonnée du mur au niveau de la liaison. Tout ceci pour que la partie restaurée ne soit pas fragilisée par la liaison et pour la désolidariser des éventuelles dégradations de la partie ancienne du mur.

Il me semble que ces chaînages répondent à la même préoccupation. En effet, le nouveau mur est arrêté par le chaînage qui le désolidarise de l’ancien. Ainsi, lors de l’écroulement ou la destruction de l’ancien morceau de mur, le mur restauré reste debout et n’est pas emporté. C’est lors de l’observation d’un mur de soutènement à Ganagobie (Alpes-de-Haute-Provence) que cette technique m’est apparue très clairement.

Le mur en question mesure plus de deux mètres de haut et comporte au moins deux reprises de ce genre. L’analyse de son appareillage en façade laisse apparaître de façon très évidente l’utilisation du chaînage d’angle intégré lors de la reprise du mur.

 

Article publié dans la revue d'architecture vernaculaire du CERAV  http://www.pierreseche.com/chainage_integre.htm

retour au sommaire

Repost 0
Published by L. G. - dans Pratique
commenter cet article
26 janvier 2008 6 26 /01 /janvier /2008 14:00
Le dernier chantier réalisé me donne l’occasion de vous parler du drainage que permet la technique de la pierre sèche :

A l'arrière d'un mur de soutènement est toujours installé un drain. 
même si un mur en pierre sèche est naturellement drainant, l'eau pouvant s'écouler librement entre les pierres, un drain est cependant installé entre lui et le sol. 
Il est composé d'une certaine épaisseur de cailloutis, installée au fur et à mesure de la construction du mur lui-même.
Il assure une zone tampon protégeant le mur lors des gonflements du sol, il filtre les particules de sol, et il optimise également l'écoulement des eaux.

Ici, un ancien mur de soutènement agricole a été en partie enterré et démoli lors de la construction de la maison et une résurgence  d’eau s’écoule au niveau où la roche affleure. 

L’aménagement de cette partie du terrain en pierre sèche ne va pas uniquement réorganiser les niveaux et la pente, il va également permettre de gérer les écoulements d’eau. 
D'une part par l'installation d'un drain dans le sol lui-même, puis par la construction de murs en pierre sèche qui sont naturellement drainants.

chantier pierre seche drainage n1
État des lieux 

chantier pierre seche drainage n2
Creuser la roche
Un premier drainage est installé : il est composé d’une rigole creusée directement sur la roche. Il va permettre de diriger l'écoulement vers la plate-bande et de le garder sous-terrain.chantier pierre seche drainage n3
préparer le drain

La roche ainsi creusée est protégée et augmentée d’un drain composé de cailloutis emballés dans un tissus géotextile. Ce dispositif récolte et dirige la résurgence vers le bas de la plate-bande en cours d’aménagement.
chantier pierre seche drainage n4
Poser le drain
Ce premier drainage, enterré dans le sol, débouche dans le drain des murs de soutènement de la plate-bande inférieure. L’eau est ainsi dirigée au niveau sous-terrain des fondations et irrigue le sol de la plate-forme inférieure.

chantier pierre seche drainage n5
L'écoulement est dirigé par le drain jusqu'aux drains des murs de soutènement

Les murs de soutènement sont alors construits, le réseau de leurs fondations complète et participe de la gestion des écoulements d'eau sur le terrain.

chantier pierre seche drainage n7

chantier pierre seche drainage n8

 

Autre article sur ce sujet: http://pierreseche.over-blog.com/article-le-drainage-d-un-mur-en-pierre-seche-44735939.html   

retour au sommaire


le chantier terminé
Repost 0
Published by L. G. - dans Pratique
commenter cet article
20 avril 2007 5 20 /04 /avril /2007 15:57

Fondations d’un mur de soutènement en pierre sèche sur roc

 

Selon les endroits où l’on construit un mur, on peut être confronté à l’assiser sur le roc. Le problème du tassement est alors éludé mais un minimum de préparation reste nécessaire.

 

Voici pour vous guider l’exemple d’un chantier de création d’un mur de soutènement où le cas s’est posé.

Tout d’abord, il faut terrasser comme pour tout mur de soutènement et découvrir l’âme du mur. Lors de ce terrassement la roche est mise à nue et bien dégagée.

 

Tendre ensuite un cordeau pour bien repérer où le mur passera. Il est inutile de creuser plus que nécessaire !

Dans 99% des cas la roche décrit une pente qui ne permettra pas au mur une assise efficace à la première rangée de pierre. Cela aura à plus ou moins long terme l’effet de la faire glisser et d’emporter votre mur avec. Il faut alors préparer la roche.

 

L’idée est simple, il s’agit de creuser le roc pour dégager un plan légèrement incliné vers la colline sur lequel le mur va ensuite s’inscrire.

Pour cela commencer par enlever toute la partie facilement débitable du roc avec une barre à mine et vos outils de taille (les matériaux obtenus lors de l'opération serviront à construire le mur. Pour bien faire, si les quantités de pierres obtenues sont conséquentes, il est conseillé de les mettre "à l’épreuve" une année afin de s’assurer qu’elles ne sont ni trop friables ni gélives).

Lorsque la roche devient difficilement attaquable, ou que le niveau désiré est atteint, préparer l’assise du mur.

Poser ensuite sur cette assise la première rangée de pierre qui sera alors légèrement inclinée vers l’intérieur du mur, et qui lui assurera la stabilité nécessaire.

Ce petit travail de préparation est très physique, attention au dos !

 

Outillage minimum nécessaire : pioche, barre à mine, tétu, massette et burin

(vous pouvez bien entendu aussi utiliser un marteau-piqueur mécanique).

RETOUR AU SOMMAIRE

Repost 0
Published by L. G. - dans Pratique
commenter cet article
19 janvier 2007 5 19 /01 /janvier /2007 15:32

Lors de la construction d’un mur en pierre sèche plusieurs raisons peuvent vous amener à construire un arc de décharge:

- Des points de l’assise du mur ne permettent pas une stabilité optimale, vous les enjambez alors par des arcs de décharges (cf article)

- Votre mur est haut, il est très lourd, il est alors recommandé de réduire et redistribuer le poids qui s’exerce sur son assise, plusieurs arcs de décharges seront alors salutaires afin qu'il ne s'affaisse pas sous son propre poids 

- Vous devez faire passer des réseaux sous le mur, pour éviter leur écrasement, il est recommandé de créer un arc de décharge.

Non seulement très utiles, les arcs de décharges se révèlent aussi très esthétiques.

 

Construire un arc de décharge :

arc de décharge -pierre seche 01

Nous sommes ici confrontés au passage d’un écoulement des eaux usées.

arc de décharge -pierre seche 02

D’un coté une pierre conséquente sert de fondation

De l’autre le roc affleure

arc de décharge -pierre seche 03

arc de décharge -pierre seche 04

Chaque côté est préparé pour recevoir les premières pierres de la future voûte, il s’agit de créer un plan incliné sur lequel les pierres de la voûte reposeront bien à plat. La solidité et le calage se doivent d’être bien faits car c’est là que va s’exercer la force du poids du mur.

arc de décharge -pierre seche 05

arc de décharge -pierre seche 06

On prépare ensuite un coffrage afin d’obtenir la forme intérieure de la future voûte. On peut bien entendu le réaliser en bois mais aussi comme ici, d’abord avec des pierres puis avec de la terre que l’on tasse le plus possible.

arc de décharge -pierre seche 07

arc de décharge -pierre seche 08

arc de décharge -pierre seche 09

Il ne reste plus alors qu’a bâtir la voûte, pierre à pierre en faisant bien attention de chevaucher chaque pierre et de faire en sorte qu’elle soit bien collée à ses voisines.

arc de décharge -pierre seche 10

La clé de voûte posée il reste a caler toutes les pierres pour éliminer le jeu qui peut rester à certains endroits

arc de décharge -pierre seche 11

Lorsque du poids s’exerce sur la voûte, il n’y a plus qu’à enlever le coffrage. Si elle ne s’écroule pas, vous avez réussi !

RETOUR AU SOMMAIRE

Repost 0
Published by L. G. - dans Pratique
commenter cet article
26 novembre 2006 7 26 /11 /novembre /2006 14:27

 

Aujourd’hui, l’expression ‘pierre sèche’ désigne des ouvrages très variés et qui, souvent, ne relèvent pas de la technique de la pierre sèche. En effet, ils n’en ont généralement que l’aspect.

Il faut ainsi distinguer les ouvrages de ‘véritable’ maçonnerie en pierre sèche, de ceux dont ‘l’aspect final’ donne l’impression de la pierre sèche.

mur de clôture en pierre sèche, Taulignan, Drome 

Ci-dessus un exemple de mur à double parement maçonné à la pierre sèche (sans aucun liant). Travaux réalisés en vue de restaurer à l’identique une brèche dans un mur d’enclos en pierre sèche.

mur de clôture maçonné à la chaux, Grignan, drôme, mur de clôture maçonné à la chaux, Grignan, drôme,

Ci-dessus un exemple de mur à double parement maçonné à la chaux. Travaux réalisés en vue de créer un mur de clôture s’intégrant au bâti environnant.

parement pierre seche, digne-les-bains

Ci-dessus un exemple de parement dit ‘pierre sèche’ (les pierres ont été maçonnées à la chaux sur un mur existant, à la façon d’un tableau ou d’un revêtement mural). Travaux réalisés en vue de changer l’aspect esthétique de la façade d’entrée d’une maison d’architecte des années 1970.

tour de piscine, luberon, pierre sechetour de piscine, lubéron, pierre seche 

Ci-dessus un exemple de technique mixte. Ce mur est maçonné à la pierre sèche mais certaines parties, les points de passage et le couronnement ont été maçonnées à la chaux. Travaux réalisés en vue de créer un aménagement paysagé autour d’une piscine.

 

RETOUR AU SOMMAIRE

Repost 0
Published by L. G. - dans Pratique
commenter cet article
2 août 2006 3 02 /08 /août /2006 15:01

L'avantage d'un tel escalier réside dans l'économie d'espace qu'il permet.

Les marches de l'escalier sont formées par des pierres très longues et relativement fines.

Au final, moins d'un tiers de la longueur dépasse du mur et permet au pied de prendre appui.

La pierre-marche, profondement incluse dans le mur, doit être parfaitement calée et solidaire du mur.

Elle est aussi maintenue par le poids du mur. 

 

Quelques prises de vues de l'escalier terminé.

      

   

 

RETOUR AU SOMMAIRE

Repost 0
Published by L. G. - dans Pratique
commenter cet article
12 juillet 2006 3 12 /07 /juillet /2006 16:15

La passade est une " pathologie " particulière d'un mur en pierre sèche.

Elle commence par la chute des pierres du faîte du mur.

Elle est ensuite amplifiée, par le passage répété des animaux ou des hommes (d'où son nom), et par l'infiltration de terre dans le mur.

 

Voici comment réparer un tel mur

 Exemple de mur atteint.

 Le désordre de face.

L'état de l'intérieur du mur et du drain. 

Tout d'abord, enlever et nettoyer tout ce qui est instable et qui résulte de l'éboulement.

Bien creuser aussi à l'intérieur du mur, afin de reprendre le drain.

Ne pas hésiter à déborder vers le bas du mur et sur les côtés de l'éboulement. En effet les pierres qui semblent bien tenir sont souvent fragilisées et déséquilibrées par le désordre.

Le démontage doit être réfléchi :

Tous les matériaux doivent en être récupérés, triés et mis en tas. Ainsi l'on mettra à part :

- les grosses pierres, les pierres moyennes et les petites, selon qu'il s'agit de pierres de façade, pierres de maçonnerie, pierres de drain, pierres de couronnement, ou boutisses.

Récupérer aussi les feuilles et déchets végétaux, garder intactes les mottes de terre, remonter la terre qui est descendue avec l'éboulement.

 Une fois cela fait, il ne reste plus qu'a reconstruire ! (Reportez vous aux autres articles de la rubrique " pierre sèche en pratique " de ce blogue.)

Une fois le mur terminé, il est possible d'utiliser de la chaux pour sceller les pierres de couronnement si, comme ici, les pierres ne sont pas assez grosses pour stabiliser correctement le haut du mur. Le mur en sera ainsi renforcé et la passade aura moins de chance de se répéter.

Le couronnement scellé, utilisez du géotextile au sommet du mur pour éviter que la terre ne s'infiltre dans le drain. (Vous pouvez aussi à cet effet, vous servir des feuillages récupérés au sol, en tasser une bonne couche sur laquelle vous rapporterez la terre que vous avez trié lors du nettoyage de l'éboulement). Ici le mortier de chaux, en liant les pierres sur une profondeur suffisante, aura cet effet.

Utilisez aussi les mottes de terre enherbée pour stabiliser le terrassement au sommet du mur et former le talus.

Le mur vu du haut terrassement fini.

 

Vue de face.

RETOUR AU SOMMAIRE

Repost 0
Published by L. G. - dans Pratique
commenter cet article
8 mai 2006 1 08 /05 /mai /2006 09:51

Comment monter, sans outils, une grosse pierre que vous n'arrivez pas à soulever

Il faut d'abord la faire rouler jusqu'au pied du mur.

Ensuite soulevez-la d'un côté, glissez-y une pierre, puis soulevez-la de l'autre, glissez-y une autre pierre. Servez-vous sans forcer du centre de gravité de la pierre pour cet exercice.

Vous allez ainsi construire une pyramide de pierres sous la pierre que vous voulez soulever. Centimètres par centimètres vous la hissez jusqu'au point où vous pourrez la faire pivoter sans efforts sur le mur.

Vous pouvez alors enlever les pierres.

La pierre dans le mur parait beaucoup plus petite !

RETOUR AU SOMMAIRE
Repost 0
Published by L. G. - dans Pratique
commenter cet article